Cosmétique
Introduction
Le dentifrice
Cosmétique
Thérapeutique
Conclusion
 
II-Les dentifrices cosmétiques

Les dentifrices cosmétiques sont nombreux sur le marché.
On trouve des dentifrices « blanchissant », des dentifrices
Mais tout d’abord, voyons de quoi sont composés ces dentifrices.

1. Composition
Un dentifrice cosmétique est principalement composé de :
◊ Eau
◊ Agents hydratants
◊ Tensioactifs
◊ Abrasifs
◊ Epaississant
◊ Agents antibactériens
◊ Conservateurs
◊ Colorants
◊ Arômes
◊ Fluor


1.1. Les excipients
a) Les abrasifs
Comme les Carbonates de Calcium, les Phosphates ou les Silices. Ils sont destinés à enlever le film bactérien qui adhère à la surface dentaire. Ils ont également une action de polissage et doivent, en conséquence, être suffisamment "doux" pour ne pas provoquer d'érosion. La dureté de l'émail est telle que ces abrasifs n'ont pas d'effets négatifs, mais ils doivent être pris en compte dans le cas de "dents sensibles à collets dénudés" (un abrasif plus doux est alors ajouté à la Silice : le Polyéthylène).
En outre, certains systèmes abrasifs contenant du Calcium (contrairement aux Silices) sont incompatibles avec les fluorures ioniques (tels le fluorure de Sodium ou NaF) car ils inhibent totalement l'efficacité du Fluor !
b) Les agents moussants ou détergents
Ils favorisent le nettoyage par émulsion de la salive et du film bactérien dentaire.
c) Les agents humectants
Ils sont utilisés pour garder à la pâte sa consistance fluide. Ce sont par exemple le Sorbitol, le Glycérol ou le Xylitol. Ce dernier est d'ailleurs en plus considéré comme bactériostatique et cariostatique.
d) Les autres agents
Ce peut être des agents épaississants, filmogènes (influençant la formation du film bactérien) ou des conservateurs, des colorants et des arômes. A noter que pour les enfants les arômes artificiels fruités sont couramment utilisés. Mais, compte tenu qu'un enfant de 2-3 ans avale près de 60 % du dentifrice au cours du brossage, il est judicieux de ne pas rendre le goût du dentifrice trop similaire à celui d'un bonbon pour décourager cette tendance naturelle à avaler le produit.


1.2. Les principes actifs
a) Les Fluorures
Le fluor est un élément chimique de symbole F et de numéro atomique 9. C’est un gaz halogène jaune pâle et il est l’élément le plus réactif : il possède la plus forte électronégativité.
En solution, le fluor forme des ions fluorure F-. Le fluor est néfaste aux dentitions des enfants.
La presque totalité des dentifrices sur le marché sont fluorés. Il est scientifiquement admis que la régression de la carie au cours des 20 dernières années est principalement due à l'utilisation accrue de dentifrices au Fluor. Les fluorures, au contact de l'émail dentaire, participent à l'inhibition des déminéralisations de cet émail et à la reminéralisation des surfaces déminéralisées. Ces fluorures ont une action sur l'arrêt des lésions carieuses initiales et réduisent le métabolisme des bactéries cariogènes.
On peut citer ainsi le fluorure de Sodium (NaF), le monofluorophosphate de Sodium (NaMFP, souvent utilisé en raison de son absence de réaction avec les agents abrasifs), le fluorure d'étain (pratique pour son action contre l'hypersensibilité dentinaire mais pouvant induire des colorations extrinsèques), le fluorure d'amines (aux propriétés tensioactives d'où une affinité élevée pour les surfaces de l'émail) ou encore le fluorhydrate de nicométhanol (préconisé pour le traitement des hypersensibilités dentinaires).
Toutefois, des études cliniques n'ont pas montré de différences significatives entre l'efficacité de ces divers fluorures lorsqu'ils sont utilisés bi quotidiennement...
b) Le digluconate de chlorhexidine
Son activité antibactérienne directe en fait un antiplaque efficace. Mais son incompatibilité avec certains excipients, les colorations des dents et la déstabilisation de la flore buccale que peut engendrer son emploi prolongé limitent son utilisation.
c) Le Triclosan
C'est un antiplaque, anti-inflammatoire (donc antigingivite) très efficace. Il est dénué d'effets secondaires.
d) Le bicarbonate de Sodium
C'est un inhibiteur de l'acidité intra buccale et est donc cariostatique. Il est considéré abrasif et participe ainsi également à l'élimination des colorations des surfaces dentaires.
e) Le chlorure de strontium, l'acétate de strontium, le nitrate de potassium, le citrate de sodium et le formaldéhyde :
Ce sont des agents antihypersensibilité dentinaire.

2. Le dentifrice blancheur

Les dentifrices revendiquant la blancheur sont particulièrement tentants. Mais selon une enquête de « 60 millions de consommateurs », ils sont beaucoup trop abrasifs et risquent d'accentuer l'usure des dents. Les limites fixées par les normes pour les principes actifs devraient être revues à la baisse. En attendant, il serait plutôt recommandé de ne pas utiliser ces produits en continu.
L'Institut national des consommateurs a évalué le pouvoir abrasif sur la dentine et sur l'émail de dix dentifrices blancheur.
Les dentifrices blancheur ont une finalité esthétique et sont donc de simples produits cosmétiques, à l'inverse par exemple des dentifrices à forte teneur en fluor. Ces derniers, destinés aux personnes ayant une grande sensibilité aux caries, sont considérés comme des médicaments et doivent donc faire la preuve de leur efficacité, tandis qu'ils sont soumis à une autorisation de mise sur le marché.
Pour les dentifrices blancheur, la réglementation impose cependant que le fabricant tienne un dossier technique à la disposition des autorités compétentes. Toutefois, aucune approbation préalable n'est nécessaire à leur mise sur le marché.
Les produits blancheur ou antitache contiennent tous un principe actif qui accentue l'abrasivité, comme par exemple le bicarbonate de sodium. Mais, si cette abrasivité est trop importante, la couche superficielle de l'émail risque d'être altérée. Or, les tests réalisés par l'Institut national des consommateurs démontrent précisément que ce pouvoir abrasif est bien trop important, particulièrement pour l'émail, pour la très grande majorité des dentifrices blancheur (6 produits testés sur 10).

En conclusion, les limites fixées par les normes en vigueur sont trop élevées. En attendant une modification de celles-ci, il est conseillé de ne pas les utiliser en continu.

tpe-dentifrice
17/02/06